De 1945 à 1988

1945

Le premier conseil d’administration qui se réunit élit Henri Raynaud, Secrétaire de la C.G.T., comme Président de l’Avenir social. Accueil des enfants de fusillés et de déportés.

1950

Le patronage effectif de la C.G.T. s’accroît, deux Secrétaires sont désignés Président et Vice Président et un grand nombre de représentants des fédérations (métaux, services publics, énergie, etc.) siègent au conseil d’administration.

1953

Germaine Guillé, Secrétaire de la C.G.T. est élue Présidente. Le timbre annuel passe à 20 frs, il en est placé jusqu’à 313 000 en 1958.

1956

La C.G.T., pour resserrer les contacts, donne des locaux à l’Avenir social dans son immeuble rue Lafayette.

1962

Carnage au métro Charonne, l’Avenir social recueille les enfants de victimes. Accueil également d’enfants algériens.

1975

Installation à Orgemont sur un domaine de 10 hectares. Peu à peu, le profil des petits locataires de la maison d’enfants change, ils sont le plus souvent issus de milieux familiaux très en difficulté.

1980

Au fil du temps les institutions publiques et la démarche pédagogique auprès des enfants orphelins se sont développées et ont fortement évolué. L’Avenir social entame une réflexion sur l’évolution et la diversification des activités de l’association.

1988

Au début de l’année, la décision est prise de fermer les activités de la maison d’enfants, de vendre le patrimoine et d’entamer une réflexion sur l’avenir de l’association. Une page de plus de 80 ans d’histoire se tourne.

La mise en sommeil de l’association durera dix ans.






De 1906 à 1944

De 1997 à aujourd’hui

Mentions légales | Remerciements | Site géré avec SPIP